Avec la présence des attentats et des risques encourus dans les aéroports, de nombreux dispositifs sont mis en place et la sécurité est renforcée. La Gendarmerie des Transports Aériens lutte chaque jour pour nous assurer une entière sécurité au sein des aéroports.

Une organisation omniprésente

Afin de garantir un maximum de sécurité, la GTA est désormais présente sur trente-deux et quarante principaux aéroports français. En outre-mer, on la trouve sur sept aéroports : Réunion, Tahiti, Martinique, Nouvelle-Calédonie, Guadeloupe, Mayotte et Guyane. Des organismes de sûreté aéroportuaire accompagnent également la GTA afin de renforcer la sécurité et de pouvoir intervenir sur un maximum de sites.

Avoir du flair

Fréquentation, bruit, odeur ou encore zone à faible luminosité, les chiens des patrouilles cynophiles sont devenus une aide primordiale pour assurer la sécurité au sein d’un aéroport. Une inspection méticuleuse des différents moyens de transports présents sur l’aéroport est réalisée plusieurs fois par jour ainsi que la vérification des différentes infrastructures. En plus des contrôles imagerie, une inspection générale est effectuée sur des bagages douteux. Les marchandises, les approvisionnements de bord et tout types de fret et colis postaux sont passés au peigne fin afin de détecter une éventuelle menace.

Enquêtes menées en parallèle

Accompagnée par la police judiciaire et les services de renseignements, de nombreuses enquêtes sont menées à bien sur les différents aéroports afin de prévenir des risques d’attentats et des interventions illicites. Fraude financière, travail illégal, survols illicites notamment par des drones, importations illégales, trafic de stupéfiants, pièces aéronautiques contrefaites… Tout est passé au peigne fin et dans la plus grande discrétion afin de garantir une sécurité optimale. Le travail de la GTA ici n’est pas d’intervenir mais d’apporter un maximum d’éléments à la police judiciaire et au service de renseignements, afin de leur permettre d’avoir toutes les cartes en main pour prévenir d’une attaque terroriste éventuelle.

Spécialité Sniper

Un appui feu spécifique est nécessaire pour assurer le bon fonctionnement des missions. Sept cellules d’Observateur-Contre-Tireur ont alors été créées. Quatre d’entre elles sont basées à Orly où est assurée la sécurisation des mouvements des autorités gouvernementales françaises et étrangères sur le pavillon d’honneur. Les trois autres sont implantées à Roissy.

La cellule de tir du GIGN va très prochainement apporter de l’aide aux membres de la GTA afin de les former au tir longue distance, pouvant atteindre jusqu’à mille mètres.