Alors que dans les années 60, elles étaient une des destinations favorites des vacanciers, depuis quelques années, les colonies de vacances connaissent une baisse considérable de fréquentation. Seul un enfant sur quatre fréquente aujourd’hui ces établissements, selon une enquête effectuée par l’Ifop pour l’association Jeunesse en Plein Air.

Les colonies de vacances : un coût élevé

Parmi les différentes raisons évoquées pour expliquer cette baisse de fréquentation, le prix du séjour revient souvent. En effet, selon France 2, un séjour d’une semaine en colonie coûterait en moyenne 550 euros. Une somme importante à débourser, surtout pour les familles qui sont plus fragiles économiquement. Les colonies de vacances deviendraient ainsi l’exclusivité des catégories socio-professionnelles supérieures.

France : les colonies de vacances ont perdu la côte auprès des vacanciers

Par ailleurs, une partie des parents interrogés expliquent leur souhait de passer des vacances en famille, donc avec leurs enfants (26 %). D’autres raisons invoquées sont le manque de confiance dans les encadreurs (16 %), le refus de voir son enfant s’éloigner (9 %) ou la peur qu’il soit malheureux (9 %).

La colo, pourtant une expérience inoubliable

Les séjours collectifs de mineurs restent pourtant très appréciés. Plus d’1,4 million d’enfants âgés de 7 à 12 ans sont partis en colo en 2018-2019, selon le site 20 Minutes. Les diverses activités, la possibilité de faire de nouvelles rencontres et le temps passé avec les copains font que ce mode de vacances reste une expérience plébiscitée des enfants. De plus, les infrastructures ont bien évolué au fil du temps: fini le dortoir collectif aux lits alignés et les réveils à l’aube. Les enfants ont à présent droit à des chambres avec quelques lits et ils peuvent se réveiller à des heures plus souples.

Une nouvelle jeunesse pour les colonies de vacances

France : les colonies de vacances ont perdu la côte auprès des vacanciers #2

L’association Jeunesse en Plein Air a mis en place une politique visant à redorer l’image des colonies de vacances. D’abord en aidant les familles qui veulent y accéder, sans tenir compte de leurs revenus. En effet, Anne Carayon, la directrice générale de la JPA souhaite « […] que les colos soient le lieu où se rencontrent les enfants de toutes origines. C’est le lieu du vivre ensemble ».

Ainsi, l’association propose de mettre en place un guichet unique pour accompagner financièrement les parents. Elle prévoit également de mettre en place l’ouverture d’un compte épargne colo ainsi que d’un fonds de solidarité.

LAISSER UN COMMENTAIRE