Les voyageurs qui rêvent d’aventure et d’une bonne dose d’adrénaline adoptent aujourd’hui le tourisme en vélo, dont on avait récemment fait l’apologie. Le slow tourism est un excellent moyen de sortir des cercles touristiques dénaturés et de se déplacer dans un pays inconnu. Comme l’écrit si justement Bertrand du blog “Le braquet de la Liberté” : “Ce que j’aime c’est ces sourires chaleureux perdus dans les montagnes du Sichuan, c’est ses gosses sur-énergiques qui viennent me taper dans la main avec de grands « hello » au Laos, c’est cette vue magique qui vient récompenser mes efforts au sommet d’un col, c’est contempler les étoiles par la moustiquaire de ma tente après une belle journée de vélo…”.

L’aventurier est libre de sortir des sentiers battus afin de partir à la rencontre des habitants et des paysages vierges. Enfin, le cyclotourisme est un moyen de transport rapide, pas cher et peu contraignant, qui offre à l’aventurier une liberté absolue, à condition d’être bien préparé.

Bien choisir son vélo

Le compagnon d’aventure le plus important durant votre odyssée sera votre vélo. Il est donc primordial de bien le choisir et de le tester avant de partir sur les routes. Le vélo doit être robuste, confortable et léger. Faite particulièrement attention à la selle, au guidon et aux pédales, ainsi qu’au porte-bagages et aux garde-boue. Il existe différents types de vélos, avec leurs qualités et leurs défauts :

  • Le VTT offre le meilleur rapport qualité/prix, surtout si vous êtes amateurs de sensations fortes, puisqu’il amortit les chocs et roule avec aisance sur les terrains difficiles. Mais il vous faudra trouver un modèle en acier allégé afin de ne pas être handicapé par son poids.
  • Le vélo de tourisme (ou randonneur) est le vélo idéal pour du cyclotourisme. Facile à entretenir, léger et au confort optimisé, on peut facilement y ajouter des sacoches, en pensant à bien répartir le poids.
  • Le VTT électrique est une bonne alternative afin de réduire l’effort durant votre voyage. Il faudra par contre trouver un point de recharge, ce qui n’est pas toujours évident. Mais pour un tour de France, cette option est parfaite. De plus, sachez qu’il existe des porte-vélos spécialement conçus pour les vélos électriques sur Rameder notamment, au cas où vous circuleriez en voiture entre deux étapes.

Bien choisir son équipement

Il est important de vérifier que votre vélo dispose de porte-bagage. Cela vous évitera de porter tout le poids de l’équipement sur votre dos, et donc de vous blesser. Cet article de Btwin vous aidera dans le choix du bon porte-bagage qu’il vous faut. La remorque à accrocher sur son VTT est également une option envisageable, qui vous offrira plus de confort et préservera le cadre et les rayons de votre vélo. À vous de tester l’option qui vous convient le mieux lors d’un voyage d’essai. De plus, pensez à toujours avoir une carte de la région sur vous, surtout si vous vous aventurez dans des endroits isolés, accompagnée d’une boussole, d’un altimètre et d’un GPS.

Quelques conseils de prévention

Faire du cyclotourisme dans une région inconnue est exaltant mais il ne faut pas pour autant en oublier la sécurité. Pensez à choisir une vitesse facile et ne freinez pas de manière continue afin de ménager votre vélo. Nettoyez régulièrement les freins et huilez la transmission pour éviter les déconvenues sur la route. Enfin, faites des pauses, même si vous ne ressentez pas la faim ni la soif. L’effort, la fatigue et l’orgueil du sportif peut mettre fin à un slow tourism plus rapidement que prévu.