Résidence secondaire en Espagne et fiscalité

Ce n’est pas un secret, les Belges adorent l’Espagne ! Son soleil, ses plages, ses tapas, sa sangria,…attirent chaque année de nombreux Belges qui viennent y passer des vacances ou même y vivre. À côté du rêve, acheter une résidence secondaire a aussi des implications financières et fiscales. Un petit point pour vous aider à y voir plus clair.

Le fisc

La première chose que vous devez savoir, c’est que vous êtes obligés de déclarer votre résidence secondaire au fisc belge. Pour ce qui est des impôts, cela dépend du pays dans lequel vous résidez et vous travaillez !

Les impôts en Espagne

Si vous séjournez 183 jours, ou plus, par an en Espagne et si vos sources de revenus sont principalement situées là-bas, vous devrez payer un impôt espagnol. Toutes vos sources de revenus (salaire, pension, location,…) seront taxées en Espagne.

Si vous n’êtes pas domicilié en Espagne, vous devez tout de même payer des impôts et taxes locales en tant que propriétaire :

  • un précompte immobilier : entre 400 et 800€ par an selon le type de biens
  • un impôt des non-résidents : que vous louiez votre bien ou non, vous devrez payer cet impôt qui s’élève à 19,5% de 1.1% de la valeur cadastrale du bien.
  • un impôt sur la plus-value : il se chiffre à 19% de la valeur du terrain. Cette valeur est calculée en fonction de la valeur cadastrale, de la période de propriété de l’ancien propriétaire et de la commune.

Les impôts en Belgique

Si vous êtes inscrit dans une commune belge, que vous vivez en Belgique et que vos sources de revenus sont situées en Belgique, vous devrez payer un impôt en Belgique. Et ce, même si votre adresse officielle n’est pas sur le territoire.

N’oubliez pas de déclarer vos revenus étrangers si vous en percevez. Dans le cas d’une résidence secondaire, vous devez déclarer le loyer de location, ou sa valeur cadastrale si vous ne louez pas. Mais vous ne serez pas forcément taxé sur ce bien ! La Belgique et l’Espagne ont signé un accord de convention préventive de double imposition. C’est-à-dire que vous ne serez imposé que dans un des deux pays. Par exemple, si vous êtes déjà taxé en Espagne sur la valeur locative ou cadastrale de votre résidence secondaire, vous ne serez pas taxé en Belgique.

Maintenant que vous êtes correctement informés, peut-être avez-vous envie de sauter le pas ? Dans ce cas, découvrez le spécialiste belge de la résidence secondaire en Espagne !